02/01/2014

2 Hitler, émule de Napoléon

2 Hitler, émule de Napoléon

2.1 de Launay Jacques, Mais quelle différence y a-t-il entre Hitler et Napoléon ?, in : Echo 24/07/1975

  Onze heures. un samedi sur l'autoroute. Une voiture... un  père... son fils, 11 ans. On parle. Puis le petit garçon sort cette question. Spontanée. « Mais au fond  on dit toujours que Napoléon était un bon et Hitler un mauvais. Quelle différence y a-t-il entre les deux?»Nous avons demandé la répon­se à l'historien Jacques de Launay qui vient de terminer sa prestigieuse « Histoire de notre Temps » par un bilan inédit de ses trente ans de recherches et de voyages aux quatre coins du monde, intitulé « Les Grandes Décisions de la deuxième Guerre Mondiale ». Voici donc cette réponse. Il est trop simpliste de faire de Napoléon «le bon» et de Hitler « le mauvais». Il y a certes des points de comparaison. Cette volonté les a amenés à la guerre pour briser les oppositions et réduire les adversaires. Napoléon s'était fait le champion des idées de la Révolution Française. Hitler, celui des idées de la Révolution nationale-socialiste. Ces idées étaient" positives, permettant la réforme de l'organisation économique et sociale dans un esprit d'égalité jusque-là inconnu. Il s'agissait de progrés dans l'ordre. Et tous les pays étrangers jugeaient nocives les idées de la Révolution française comme celles de la Révolution nationale-socialiste.Cette réforme, acceptée par les Français sous l'Empire ou par les Allemands du Ille Reich, fut  exportée au moyen de guerres qui ont fait 3 millions de morts européens avec Napoléon, 18  millions de morts avec Hitler. Et cela plaide évidemment contre eux. A-t-on le droit pour imposer a ses idées, même bonnes, de jeter ainsi son épée dans la balance? Surtout que les causes de ces guerres sont discutables! Ce qui trouble les esprits, trente ans après, 1945 ou 1975, ce sont à la fois les récits des anciens combattants qui em­bellissent les faits en supprimant les ombres et tissent la légende et l'étrange reconnaissance qu'ont les hommes pour les héros qui leur ont fait dépasser leurs limites, les obligeant à des efforts surhumains.D'autres analogies ap­paraissent : le projet avorté de débarquement en Angleterre, la campagne et la, défaite de Russie, et surtout sur le plan in­térieur la répression de l'opposition (complots de Cadoudal et de Malet ou conjuration du 20 juillet) et à l’ extérieur, la lutte contre les résistances nationales. La répression policière napoléonienne est sans commune mesure avec la répression policière hitlérienne, mais les forces militaires engagées n'étaient pas les mêmes : un million d'hommes sous Napoléon en 1813, trois millions et demi sous Hitler en 1941. Ce rapport de 1 â 3,5 se retrouve dans les chiffres de la population, mais les camps de Hitler ont vu périr sept millions d'hommes.Napoléon vivant en 1940 aurait-il agi comme Hitler? C'est improbable, mais la question reste sans réponse et toutes les conjectures sont permises. Con­statons que l'héritier de la Révolution française ne pouvait enterrer les libertés individuelles comme le fit Hitler. Par lleurs, l'effort extraordinaire que ces deux hommes ont obtenu de leurs concitoyens a laissé des traces durables, positives : le Code civil, la Sécurité sociale, la centralisation de leurs Etats, les routes et autoroutes, etc., mais tout cela ne pouvait-il être acquis sans guerre interminable, sans arbitraire policier?Napoléon III et Bismarck n'ont-ils pas laissé eux aussi des bilans très positifs sans ces abus? A Rome, la dictature était jugée souhaitable en période de crise grave, votée par le Sénat, et limitée dans le temps : quelques jours, quelques mois ou quelques années. Napoléon et Hitler prenant leurs retraites en 1810 ou fin 1938 auraient laissé le souvenir de pères du peuple.Il me semble que c'est le pouvoir personnel, absolu, ac­centué par l'égocentrisme, qui a tout gâté. Napoléon et Hitler, ces deux extraordinaires meneurs d'hom­mes, réalisateurs exceptionnels, ont provoqué eux-mêmes leur échec. Mais si Napoléon se retira à temps (sic), Hitler commit le crime impardonnable de vouloir en­traîner son peuple dans sa chute.

  

2.2 Napoléon vu par Claude Ribbe : « un criminel raciste », in : L’Histoire 61, 2005-2006, p.100-101

  Selon l’historien Claude Ribbe, Napoléon est coupable à ses yeux de « l’extermination industrielle d’un peuple ». Dans son dernier livre, il le compare ainsi à Hitler.Après le rétablissement de l’esclavage par la France en 1802, plus d’un million de personnes ont été vouées à la mort selon des critères ‘raciaux’ par Napoléon.« Génocide perpétré en utilisant les gaz, citoyens mis en esclavage (250 000 Français, surtout antillais, guyanais et réunionnais), (…) escadrons de la mort, camps de triage (en Bretagne) et de concentration (sur l’île d’Elbe et en Corse), lois raciales (…). (p.100)Il n’est pas étonnant qu’il ait servi de modèle à Mussolini qui a écrit une pièce à sa gloire ni surtout à Hitler qui vient le saluer d’un ‘Heil Napoléon’ aux Invalides le 28 juin 1940 », lors de sa visite à Paris.(…)

Napoléon a instauré une législation raciale qui annonce les lois de Nuremberg et qui interdisait aux Noirs et gens de couleur d’entrer sur le territoire français. Napoléon, par une circulaire honteuse du 8 janvier 1803, a interdit les mariages ‘entre un blanc et une négresse ou entre un nègre et une blanche’. Ambroise Régnier, le signataire de ce texte dicté par Napoléon, est au Panthéon.

   

2.3 Vaute Paul, Napoléon coupe la France en deux, LB 03/12/2005

L'Empereur belliciste se trouve depuis longtemps au banc des accusés. Un ouvrage consacré au sort des colonies pousse le bouchon encore plus loin. On y parle de "génocide perpétré en utilisant les gaz"... Heil Napoléon! Du côté des contempteurs, on brandit surtout un ouvrage sorti jeudi et qui pousse le bou­chon au plus loin. Intitulé "Le Crime de Napoléon" (éd. Privé) et soutenu par des associations de la France d'outre-mer - qui ont annoncé une manifestation ce samedi "contre le révision­nisme historique" -, il dénonce le "rétablissement", en 1802, de l'esclavage (qui avait été aboli, plus formellement que rée­llement, par la Convention en 1794) ainsi que la répression de la révolte des Noirs d'Haïti, alors colonie française. A en ju­ger d'après le résumé et les ex­traits donnés par l'agence France-Presse, le réquisitoire fourmille de parallèles avec le nazisme: "Cent quarante ans avant la Shoah, y lit-on, un dic­tateur, dans l'espoir de devenir le maître du monde, n'hésite pas à écraser sous sa botte une par­tie de l'humanité." Il est aussi question d'"une vaste opération de nettoyage ethnique" à Saint-Domingue et même d'un "génocide perpétré en utilisant les gaz", toujours sur l'ordre de celui que Hitler, après la défaite de la France en 1940, alla sa­luer d'un "Heil Napoléon !" aux Invalides.Les guerres dont l'Empereur porta la responsabilité, les exac­tions des troupes qu'il cau­tionna de l'Atlantique à l'Oural, son indifférence au coût humain de ses entreprises mégaloma­nes ("Une nuit à Paris réparera tout cela", déclara-t-il un jour de­vant un champ de bataille jon­ché de cadavres)... : ces sombres aspects ont été amplement mis en lumière dans l'historiogra­phie hexagonale des dernières années, sauf exceptions.

 

21:31 Écrit par Justitia & Veritas dans Général | Lien permanent | Commentaires (0) |  Facebook |

Les commentaires sont fermés.